En temps de crise et d’incertitude, les citoyens font preuve d’initiatives de toutes sortes pour subvenir à leurs besoins, s’entraider et assurer leur sécurité. Dans l’actualité, nous faisons face à des exemples flagrants lorsqu’on voit la population faire des réserves de nourriture (et de papier de toilette !) en raison de la pandémie covid-19, ainsi que les démarches de télétravail mises en place par les entreprises. D’autres citoyens commencent aussi à produire leurs propres aliments, faisant preuve de beaucoup de débrouillardise et de résilience. Ce fut le cas des « victory gardens » pendant les guerres mondiales.

Les « victory gardens » furent les premiers en matière d’agriculture urbaine en Amérique, c’est-à-dire la production d’aliments au sein d’une ville. En fait, pendant les grandes guerres mondiales, les gouvernements canadiens et américains craignaient que l’Europe ne soit plus capable de fournir les grandes villes d’Amérique en produits frais. Ils encourageaient donc la population urbaine à cultiver des fruits et légumes dans des « victory gardens » sur leurs terrains privés et dans les parcs publics. Aux États-Unis, cela s’est traduit par 5 millions de jardins urbains pendant la Première Guerre mondiale, et 12 millions pendant la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd’hui, l’agriculture urbaine n’est pas nécessairement une question de survie, mais elle répond plutôt à un besoin bien réel de notre société que de consommer des aliments frais, produits localement, écologiquement et biologiquement. En effet, toutes les raisons sont bonnes pour favoriser l’agriculture urbaine et cette activité économique est en croissance importante.

En vertu de nombreux rapports scientifiques récents, notamment des études de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation, l’agriculture urbaine offre une solution performante sur le plan écologique : elle permet de réduire notre consommation d’énergie et nos empreintes écologiques en plus de réduire la pollution des sols, de l’air et des cours d’eau reliée à la monoculture traditionnelle.

Cette activité est aussi excellente au niveau socio-économique. Elle permet d’augmenter la qualité et la fraicheur des aliments que nous consommons tout en favorisant la sécurité alimentaire dans nos villes ainsi que la création d’une richesse économique durable. Finalement, l’agriculture urbaine favorise le tissu social et l’éducation de nos jeunes.

De nos jours, la production alimentaire urbaine est entreprise tant par des compagnies spécialisées (comme les fermes Lufa), que par les individus et les familles. En effet, la ville de Montréal favorise la création des jardins communautaires dans plusieurs de ses quartiers (nous en recensons déjà une centaine à Montréal). Un sondage du Bureau des intervieweurs professionnels nous indique que 42 % des Montréalais ont déjà pratiqué l’agriculture urbaine personnellement, que ce soit dans les jardins communautaires ou sur leurs balcons, leurs toits ou dans leurs cours arrières. Malheureusement, pour 58% des Montréalais, cette activité demeure impossible en raison d’un manque de temps, d’espace ou de connaissances en la matière.

En ce qui concerne les entreprises qui pratiquent l’agriculture urbaine au Québec, on compte 50 fermes situées dans les villes, dont 70 % sont à Montréal. Le directeur du Laboratoire sur l’agriculture urbaine de Montréal nous indique que ce mouvement existe depuis 1978, mais que chaque année depuis les années 2000, de nouvelles fermes urbaines voient le jour. En 2014, les 9 entreprises alors existantes déclaraient des revenus de neuf millions de dollars, et depuis ce temps, le nombre de fermes urbaines s’est multiplié par 5 au Québec.

C’est dans ce mouvement que novagrow s’inscrit. Nous avons conçu un jardin d’intérieur qui permet à quiconque de devenir un agriculteur urbain tout en se simplifiant la vie. Pas besoin d’avoir beaucoup de temps, ni d’espace ou de connaissances pour cultiver : novagrow vous permet de réussir vos récoltes à tout coup, en toute simplicité et dans le confort de votre cuisine. Beau temps mauvais temps et été comme hiver, un jardin novagrow est une solution zéro déchet et durable qui vous permettra non-seulement de récolter au quotidien les superaliments les plus concentrés en vitamines et en minéraux, mais aussi de prendre part à cette activité écologique de l’avenir.

Qu’attendez-vous? Rejoignez le mouvement !